Si je colporte la Sologne

IMG_1366

Si je colporte la Sologne
J’emporterai dans mon bagage
Un fleuve qui sans lasser rogne
Le sable au dos des marécages
Les levées brandies par le val
Genou pour la Loire alourdie
Moulant la varenne rivale
De peupliers ourlés de gui.

Si je colporte la Sologne
J’emporterai dans mon bagage
Le vent aux grand pins qui se cogne
Les clochers qu’affûte l’orage
Et l’impudente nationale
Qui saigne sa géographie
Un canal que le temps dévale
Et l’inutile s’en méfie.

Si je colporte la Sologne
J’emporterai dans mon bagage
Des Ventres Jaunes la besogne
Qui s’affranchit des marécages
La défaite des caquéziaux
Et les faisans endimanchés
La faconde de Berlaudiau
Et les parisiens embourbés.

Si je colporte la Sologne
J’emporterai dans mon bagage
Le poète qui chante ou grogne
Selon ce que taisent ses pages
De Dame Jeanne le sourire
Aux vignerons de Saint-Vincent
Et la pêcherie qui chavire
Le détour du fourré bruissant.

Si je colporte la Sologne
J’emporterai dans mon bagage
La brémaille où le cerf se cogne
Qui l’écarte de son gagnage
Et la Malnoue qui nous emporte
Vers les birettes qui s’enfuient
Des deux mondes forçant la porte
Et qui ressortent pas le puits.

Si je colporte la Sologne
J’emporterai dans mon bagage
Du braconnier la rude trogne
Qui ne connut le bout de l’âge
Cette eau qui se prend pour la terre
Pour défier les solognots
D’offrir un rameau de bruyère
A la tombe de Raboliot.

 

Récit: J.P. SIMON

xahsz9kw

Posté par terredesologne à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Si je colporte la Sologne

Nouveau commentaire