La légende du chêne de Miberlan

Le chêne des sorciers

images

« Au pied de la tombelle, du coté de l’ouest est un vieux chêne, encore plein de vigueur qui la couvre de ses rameaux. Cet arbre s’appelle le chêne de Mi-brelan. Ce nom lui vient de ce qu’il se trouve placé dans l’un des angles de terre formés par l’intersection de quatre chemins et ces sortes de carrefours passent pour être les endroits que les sorciers et les diables choisissent de préférence pour tenir leur Brelan. Peu de villageois se hasardent à passer à minuit dans ce carrefour, certains qu’ils seraient d’y rencontrer la ronde su sabbat s’exécutant autour de la tombelle et du vieux chêne et à laquelle ils seraient forcés de prendre part au grave danger de leur âme. 

Sa situation au point où le croisement de la route d’Yvoy et de Chaumont forme quatre chemins, le voisinage du vieux chêne au pied duquel s’est vu pendant longtemps un de ces cercles de gazon desséché connu sous le nom de cercle des sorciers, ont fait choisir cet endroit pour y placer la ronde du sabbat. Elle s’exécute particulièrement dans les avents de Noël, à minuit autour du chêne qui en a retenu le nom de Chêne de Mi-brelan. Pendant le brelan des diables et des sorciers, un réchaud plein de charbon ardent est placé au sommet de la tombelle et des feux merveilleux s’en élèvent incessamment ; des cris plaintifs se font entendre dans les bois environnants, la ronde y répond par des hurlements de joie. Ces cris sont ceux des âmes qui sont tombées dans les pièges tendus par le diable ; les personnes qui se dirigeraient vers l’endroit d’où ils partent seraient infailliblement entraînées par les esprits malins qui fréquentent ce lieu de perdition. Les voyageurs qui passent près du chêne de Mi-brelan quand le branle des sorciers a lieu, sont forcés d’y prendre part »

Aujourd’hui, le Chêne des sorciers est mort, il a perdu ses dernières feuilles en 20XX. Quelques années auparavant le tronc, qui était complètement creux, avait été rempli de béton afin que le vieux chêne ne s’écroule pas.

sorciere3

Au coeur de la Sologne, trouverez-vous le chêne des sorciers ? 

c'est un arbre tout blanc, planté dans la prairie qui longe la route.

On ne peut pas le rater !

1057

Au croisement de la route de Saint-Jean et de la route départementale 207, au cœur de la Sologne des Etangs, vous ne pourrez pas le manquer. C’est un arbre tout blanc, dans la prairie qui longe la route. C’est le Chêne de Miberlan. Voici son histoire…

C’était un arbre magnifique au début du XXème siècle. Il était de très grande envergure. Il est finalement mort en 2001. Pour qu’il tienne debout, on a bétonné son tronc. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, il est blanc, telle une silhouette fantomatique. Imaginez ce spectre en pleine nuit ; plutôt inquiétant, surtout quand on écoute les légendes qui l’entourent…

Même quand le chêne était bien vert, les habitants passaient près de lui avec la gorge serrée. On l’avait appelé le « Chêne des Sorciers », car on chuchotait qu’ils organisaient ici le sabbat.

Et la légende disait que ces sorciers étaient d’humeur plutôt changeante ! La preuve avec cette histoire:

Le chêne de Miberlan se dresse, isolé, à la limite des communes de Chaumont-sur-Tharonne et Yvoy-le-Marron, le village d'Yvoy-le-Marron où il y avait deux bossus.

De jour, comme ça, ce chêne a l'air ordinaire ; mais la nuit...

C'est là que se réunissent les sorciers, chantant, priant et menant une telle sarabande qu'on peut voir, le jour levé, tout autour de l'arbre, le cercle de leurs empreintes imprimées dans le sol.

Une nuit, un bossu qui rentrait de Chaumont, les entendit chanter : "Lundi, mardi, mercredi… Lundi, mardi, mercredi...

Eh ben, jeudi, on l'dit pas ? dit le bossu

C'est vrai ça, dirent les sorciers, il a raison, qu'est-ce qu'on va faire pour le remercier de nous avoir appris ça ? et l'un d'eux trouva : Je sais, on va lui enlever sa bosse !

Et quand le gars est rentré à Yvoy, il était content : il n'avait plus de bosse !

Quand il le rencontra, le deuxième bossu s'étonna : Mince, qu'est-ce t'as fait à ta bosse ?

Ben l'aut'jour, j'suis passé près d'Miberlan, et ils me l'ont enlevée.

Ça alors, mais qu'est-ce que t'as fait pour qu'ils te l'enlèvent ? Ils chantaient en dansant : Lundi, mardi, mercredi...

et jeudi, ils l'disaient pas ?

ben, pour leur avoir appris ça, ils m'ont enlevé ma bosse !

La nuit suivante, le 2ème bossu partit donc à Miberlan, et entendit les sorciers chanter :

Lundi, mardi, mercredi, jeudi...

et vendredi, dit-il, vendredi, vous ne le dites pas ?

Malheureusement, c'était peut-être un jour religieux, un jour maigre qu'il ne fallait pas prononcer... et il a été bien reçu notre bossu !

"qu'est-ce que tu viens nous embêter, toi?

qu'est-ce qu'on va en faire de celui-là, qui se mêle de nos affaires ?

si on lui collait la bosse de l'autre par-dessus la sienne ?’’

Ce fut fait, et alors, à Yvoy, il y avait toujours deux bossus : l'un sans bosse, et l'autre avec deux bosses !

1056

Aujourd’hui, plus de traces de sorciers… mais le vieux chêne est toujours là !

La population locale y reste attachée, bien qu’il se trouve aujourd’hui sur une propriété privée et qu’on ne puisse plus l’approcher.

En outre, son tronc est tellement ancien qu’il figure comme point de repère sur les cartes pour l’IGN. En devenant ainsi un point de référence, il continue à attirer l’attention sur lui… une certaine magie qui continue d’opérer ?

xahsz9kw

Posté par terredesologne à 17:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur La légende du chêne de Miberlan

    Cet arbre était né pour devenir une star vivante ou morte c'est toujours une star.
    Joli conte, j'ai bien aimé.
    Passe une douce fin de journée
    Bisous

    Posté par poussiereargence, 25 avril 2014 à 17:52 | | Répondre
  • Sympa ton histoire ! Tu as vraiment la "bosse" de la Sologne

    Posté par Patrick L, 25 avril 2014 à 18:12 | | Répondre
Nouveau commentaire