Le canal de la Sauldre

En Sologne est né un canal, "sans queue ni tête".

789

L'idée de construire ce canal fut évoquée dès le début du XVIe siècle par Léonard de Vinci, alors qu'il résidait au Clos Lucé à Amboise.

Il avait imaginé un canal traversant la Sologne...

955

Le canal de la Sauldre a été construit entre 1848 et 1885, de Blancafort (Cher) à Lamotte- Beuvron (Loir et Cher).

Sa longueur est de 47 km (37 km dans le Cher et 10 km dans le Loir et Cher), sa largeur de 9,50 m et sa profondeur moyenne de 1,30m.

Il compte 22 écluses de 32 m de long chacune, rattrapant 54 m de dénivelé. Plusieurs bassins plus larges permettent aux péniches de manœuvrer.

942

En 1873, les travaux atteignaient Lamotte-Beuvron. Le Canal fut inauguré en 1885.

En 1887, les bateaux "Les Berrichons" qui circulaient sur le Canal sont au nombre de 16, et appartenaient  à cinq exploitants des marnières.

Ils transportaient vers 11 différentes gares établies le long du Canal, de la marne, divers matériaux de construction (bois de charpente), du bois de chauffage, des produits agricoles et des denrées alimentaires.

941

Les transports par bateaux coûtaient alors 0,30 franc par tonne et par kilomètre.

Des bateaux d'abord tractés à mains d'homme pendant 15 jours (trajet complet) par des sentiers de halage, le furent à partir de 1900 par des ânes, réduisant la durée d'acheminement à 4 jours.

Le Canal connut son apogée au début du XXème siècle, un succès tardif qui déclina avec le développement des voies ferrées, de la route, de la première guerre mondiale, mais aussi de l'abandon de la marne au profit des engrais chimiques.

Délaissé en partie puis déclassé en 1926, ses écluses murées, le Canal devint inutile en 1941.

Aujourd'hui certains tronçons sont à nouveau entretenus et des bateaux sont loués aux touristes, pêcheurs, rêveurs, nostalgiques ou tout simplement amoureux de la nature...

Mais pas uniquement ! Les chemins de halages permettent la randonnée et des projets  de voies cyclistes pourraient voir le jour prochainement.

794

Les lavoirs, le long de La Sauldre, rappellent la corvée qu'était la lessive pour les femmes, le dos courbé, les mains dans l'eau froide. 

943

 Sur beaucoup de façade encore, on remarque une plaque en fonte, avec le nom de l'écluse, son numéro, la distance vers l'aval et vers l'amont.

949

Chaque maison avait son four à pain

et l'éclusier devait peut-être en fournir aux mariniers qui parcouraient le canal.

952

Beaucoup de calme et de charme règnent le long des rives de ce canal.

957

Le Canal de la Sauldre a été conçu dans le but d’améliorer l’agriculture en Sologne. Il devait permettre d’y amener de la marne (mélange naturel de calcaire, de sable et d’argile) abondante aux confins du Pays-Fort, pour amender le sol acide d’une région de ce fait infertile. Il devait également être utilisable pour l’irrigation des prairies par des eaux chargées de marne, et le drainage de la Sologne, très humide en beaucoup d’endroits.

xahsz9kw

Posté par terredesologne à 16:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Le canal de la Sauldre

    Un lieu qui donne envie de s'y promener ! Merci pour ce beau reportage.

    Posté par Fadette, 03 décembre 2013 à 16:42 | | Répondre
  • Très intéressant cet article sur ce canal méconnu ! Les paysages sont sublimes surtout en cette saison automnale.

    Posté par Patrick L, 03 décembre 2013 à 17:07 | | Répondre
  • En 1848, se sont les ouvriers des «Ateliers nationaux» qui commencent la construction du canal…
    En effet, avec l'avènement de la Seconde République en 1848, un grave problème se pose au gouvernement : celui de l'emploi de milliers d'ouvriers qui se trouvaient au chômage dans la capitale où ils avait été jetés pour la plupart par l'exode rurale liée à la révolution industrielle naissante. Leur éloignement de la ville de Paris fut rapidement envisagé et c'est ainsi qu'en mai 1848, les premiers ouvriers des Ateliers Nationaux débarquèrent en gare de Lamotte-Beuvron où on ne les attendait pas et où rien n'était prévu pour leur hébergement. Ils étaient une trentaine. En peu de temps, ils furent 1.500 et le problème de leur emploi se posa aussitôt aux pouvoirs publics. Alors, sans plan préalable, on commença le creusement du canal de la Sauldre dont le fossé, aujourd'hui couvert de broussailles, est encore visible au sud du canal actuel.
    Rapidement, le crédit d'un million de francs voté par le parlement fut épuisé et le déficit de l'exploitation atteignit 200.000 francs, comblé par un crédit supplémentaire. Mais en mai 1849, devant le coût annoncé de l'opération et le risque de pérennisation d'une telle situation, les Ateliers Nationaux étaient fermés et les ouvriers licenciés…

    Pour autant, l'histoire du Canal de la Sauldre allait continuer… et l'histoire des dispositifs d'insertion par le travail et l'économique aussi !

    Sources : Wikipédia, site d'Argent sur Sauldre, site office du tourisme…

    Posté par E&S Sologne, 03 décembre 2013 à 17:53 | | Répondre
  • Bel endroit, bien mis en valeur pour promeneur enclin à la rêverie.

    Posté par esmeralda, 03 décembre 2013 à 18:02 | | Répondre
  • tes pas savent te mener vers les merveilles de ta région, continue de les suivre et de nous faire participer à tes découvertes.

    Bonne journée
    Bisou

    Posté par poussiereargence, 09 décembre 2013 à 10:03 | | Répondre
Nouveau commentaire