05 novembre 2012

Un Événement littéraire qui dépasse la Sologne

couv gusse

 

 

GILLES PARIS SARL 

RELATIONS PRESSE, PUBLIQUES ET PARTENARIATS

 


François Barberousse

Gusse

Editions Marivole

 

LE LIVRE : La guerre 1914-1918 décime un village entre Sologne et Berry. Des jeunes gens meurent en pleine force de l’âge, des amis, des copains ne sont plus que des croix alignées au cimetière ou de simples noms sur la stèle du monument aux Morts.

Pourquoi Gusse s’est-il confié au Glaude lors de sa dernière permission. Comment est-il mort ? A quelle date ? Quelles en sont les vraies raisons ?…

François Barberousse avec son talent habituel nous entraîne dans un village solognot comme beaucoup de villages avec ses gens de la terre qui vivent au rythme des saisons, qui travaillent dur, qui habitent la nature qui les entoure… dans un style sans affectation aucune et une écriture resserrée qui retiennent l’attention.

Gusse, le héros du roman, est soldat pendant la Grande Guerre. Pour autant, le roman ne peint en rien la guerre elle-même. Il décrit le désespoir d’un jeune homme qui constate que la communauté paysanne qu’il aimait se délite au fil des années de conflit. Chaque permission est pour lui l’occasion de constater que le monde paysan est profondément blessé dans ses usages, dans ses valeurs. « L’âge d’or » des campagnes françaises (ainsi a-t-on pu nommer la période des années 1880-1900) a bien disparu.

Bien qu’éloignée du front, la Sologne et sa ruralité profonde ne sont donc pas à l’abri des changements.

Et tout l’art de ce roman est de savoir les peindre avec force et avec tact.

Les villes vivent aussi cela. Mais elles bénéficient d’un dynamisme qui masque les mutations sociales et l’émergence de nouvelles mentalités sous les traits d’une modernité qui peut paraître attrayante. Il n’en va pas de même pour les campagnes qui, dès lors, peuvent apparaître comme les grandes perdantes de la guerre. 

 

NOTE DE L’EDITEUR :

Manuscrit oublié de François Barberousse, ce troisième roman aurait dû être publié en 1938-1939 chez Gallimard. Il ne paraîtra pas, l’éditeur y trouvant un ton pacifiste peu en phase avec les événements qui vont précipiter la France dans la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd’hui, les éditions Marivole ont jugé bon de faire entendre cette voix chargée de conviction car c’est certainement le roman le plus abouti, le plus fouillé, le plus construit de ce grand romancier : une écriture simple et précise, qui dit les choses crument quand il le faut, mais qui sait tout autant décrire avec justesse le parfum d’une terre ou la drôlerie d’une situation.


L’AUTEUR :

Photo François BARBEROUSSE (photo de famille)

 

François Barberousse est né en 1900 à Brinon-sur-Sauldre, et mort en 1979.
Cet écrivain français fut un des auteurs phares de la collection NRF de Gallimard de 1935 à 1938.

On lui promettait un brillant avenir. Contre toute attente, ce héros de la Résistance décida irrémédiablement de renoncer à l’écriture.

Après le recueil de nouvelles Épis de glane édité par CPE au printemps 2012, le troisième roman de François Barberousse sort de l’oubli, 75 ans après son écriture.

 

L’OEUVRE DE FRANÇOIS BARBEROUSSE :

Romans : L’Homme sec, Gallimard, 1935 ; Les Jours aux volets clos, Gallimard, 1936 ;
Gusse (écrit en 1938) Editions Marivole / CPE Editions, 2012
Nouvelles : Épis de glane, recueil écrit dans les années 1930, CPE éditions, 2012

 

 

Fiche technique

Format : broché
Pages : 218
Editeur : Marivole
Sortie : 5 octobre 2012
Prix : 20  19€

Cliquez ICI pour commander le livre

 

Article diffusé avec l'aimable autorisation des éditions CPE.

gifs1

 

Posté par terredesologne à 22:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Un Événement littéraire qui dépasse la Sologne

    Ce livre est un monument Solognot. C'est énorme, c'est un crime d'avoir laissé le manuscrit 100 ans dans une armoire. A lire, à faire lire. c'est l'ame de la Sologne qui se cache dans cez livre. C'est le plus beau roman régionaliste que j'ai jamais lu !

    Posté par Camille, 09 novembre 2012 à 10:35 | | Répondre
    • Merci Camille pour votre passage sur TERRE DE SOLOGNE. Amitiés, Samuel.

      Posté par samuel, 09 novembre 2012 à 12:54 | | Répondre
Nouveau commentaire