TERRE DE SOLOGNE -

Une autre voie

 

130

 

Alors qu’ils ont changé de voie
Se pourrait-il qu’ils aient le blues
Que secrètement ils jalousent
Ceux qui encore aujourd’hui voient

Leur ami qui file gaiement
Sur leurs dos encore parés
De cette fière voie ferrée
Qui résiste malgré le temps

Certains se souviennent sans doute
De lorsqu’ils accueillaient tranquille
Le beau monde venu des villes
Avant que n’arrivent les routes

Et cette faute à « pas de chance »
De ne pas desservir ces lieux
Où ces gens arrivaient nombreux
Qui les a réduits au silence…

D’autres peut-être sont heureux
De voir flâner des promeneurs
Et de faire ainsi leur bonheur
Dans ce paradis silencieux

On pense alors qu’ils reconnaissent
Que leur vie a encore un sens
Qu’ils peuvent grâce à cette chance
Vivre une deuxième jeunesse

Mais quoiqu’ils pensent maintenant
Qu’ils le condamnent ou le regrettent
Chacun d’eux garde dans sa tête
Du train appelé Blanc Argent

 

Texte Gilles Mandoux

xahsz9kw

Posté par terredesologne à 06:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Bredouille

IMG_2556

Etant sûr et certain qu'il y eut quelque bruit hier

Au milieu des buissons, au milieu des fougères,

Voilà que cette nuit, comme un pauvre fou j'erre

Explorant patiemment les buissons, les fougères...

 

Mais au petit matin, je m'en reviens bredouille

Et je relativise en me disant qu'au moins

Tout en perdant du temps à rechercher en vain

J'ai économisé un bon paquet de douilles...

 

Me reste alors à prendre une résolution :

De ne plus hésiter et d'oser profiter

Quand se présente à moi quelque opportunité

Et tout comme un félin sauter sur l'occasion...

 

Texte : Gilles Mandoux

xahsz9kw

Posté par terredesologne à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le zoo de Montevran a attiré les foules

Le zoo de Chaumont-sur-Tharonne est l’un des premiers parcs privés ouverts au public en 1957.

Il fermera en 1981.

Bureau1Joseph de Mauléon (à gauche), son fils Edmond et l'ourson Noix de coco.

Cerfs, daims, sangliers… autant d'animaux locaux que l'on pouvait retrouver au zoo de Chaumont-sur-Tharonne en 1957. C'est Joseph de Mauléon (1928-1991) qui le conçoit avec son épouse. Le parc zoologique devient l'un des premiers parcs privés ouverts au public.

Héritage personnel

Construit dans le domaine de Montevran, appartenant à Edmond de Poncins et son épouse née Marguerite de Biencourt, dont Joseph de Mauléon, leur petit-neveu, a hérité, le parc est installé sur une vingtaine d'hectares. Entre 1961 et 1966, le zoo accueille des animaux africains afin d'étudier leurs comportements. Ours polaires, loups, chacals, coyotes, hyènes et bien d'autres se retrouvent donc ensemble. « C'est le marquis de Vibraye, propriétaire du château de Cheverny, qui conseille à mon père de faire quelque chose de son domaine, ayant lui-même ouvert son château au public en 1922, ce qui était très novateur pour l'époque », explique Edmond de Mauléon.« Ensemble, mes parents consacrent une grande partie de leur passion à faire connaître et développer cette activité, avec 400 animaux et 2 millions de visiteurs en vingt ans »
C'était un lieu de sortie idéal pour le week-end. Joseph de Mauléon et son épouse font travailler les artisans locaux qui réalisent notamment les enclos et cages et emploient des Chaumontais très attachés à ce parc.

Amour et protection des animaux

Joseph de Mauléon fonde avec des propriétaires l'Association nationale des parcs et jardins zoologiques, dont fait notamment partie le zoo de Thoiry, et en devient le président. Cette association a été créée pour mettre en place un code de déontologie dans la profession, interdisant les trafics d'animaux exotiques, se limitant à la reproduction et à l'échange d'espèces pour assurer la sécurité et le bien-être des animaux.
Mais en 1981, le domaine cesse son activité. Les coûts, les charges, les impératifs sécuritaires et d'aménagement des espaces pour les animaux ont eu raison de cette belle aventure. Avec le choc pétrolier de 1974 et l'apparition d'autres parcs, les frais étaient trop lourds « il aurait fallu proposer des nouveautés, réaliser des travaux qui représentaient trop d'investissements ».
Certains animaux vont rester jusqu'à « leur belle mort », et les autres « compagnons de route » sont placés dans d'autres parcs ou réserves. Tous les animaux morts au cours de ces vingt dernières années ont été donnés au Muséum d'histoire naturelle afin d'être naturalisés et montrés au public. Le château, lui, a été vendu en 1986 et détruit en 1992.

26516_388281254300_737924300_3792852_6126455_nLes yacks du zoo devant le domaine de Montevran à Chaumont-sur-Tharonne.

repères

Le fils de Joseph, Edmond, qui a été élevé à Montevran, suit les traces de son père et a créé un parc animalier en Touraine. « Ça fait presque 130 ans que la famille se consacre au monde animalier. Notre famille est très attachée aux personnes qui ont travaillé et vécu cette belle aventure à Montevran ». C'est le cas d'Henri Lemeux, maréchal-ferrant, resté lié à Joseph tout au long de sa vie. Son fils René est aujourd'hui lié à Edmond. Et la passion familiale se poursuit, c'est Isaure, la fille d'Edmond qui nage avec les biches aujourd'hui !

 

logo

Avec l'aimable autorisation de la Nouvelle République
Cor. NR : Christine de Beauchesne

xahsz9kw

Posté par terredesologne à 17:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :